Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

lundi 27 mai 2013

Yue Minjun

Vous savez qui est l'artiste contemporain le plus côté actuellement ? C'est Yue Minjun / 岳敏君, peintre chinois très en vogue et spécialiste des personnages arborant un rire jusqu'aux oreilles. Yue Minjun a exposé pour la première fois en grand (une centaine de dessins et ses toiles les plus emblématiques) en Europe de novembre 2012 à mars 2013. Intitulée "L'ombre du fou rire", l'exposition s'est tenue à la Fondation Cartier pour l'Art contemporain à Paris.


« C’est la première fois que je vois autant de mes oeuvres accrochées en même temps », avait alors confié l'artiste au journal Libération. « C’est également la première fois que je m’examine », poursuit-t-il. « En visitant l’exposition, j’ai détecté pas mal de maladresses dans mes peintures. Je me suis dit que je ne faisais pas partie des peintres qui savent se cacher ; je m’exprime de façon directe et simple ».
 
Yue Minjun est né en Chine en 1962 à Daqing, dans la province de Hei Long Jiang. Il est considéré comme une icône de la peinture chinoise contemporaine. Minjun fait partie, quoi qu'il le réfute parfois, du mouvement artistique appelé « réalisme cynique », qui a pris son essor après les manifestations étudiantes de la place Tian’anmen en 1989. Révélé au monde entier après sa participation à la Biennale d'art contemporain de Venise en 1999 et la vente record de sa toile "Exécution" en 2007, Yue Minjun a développé depuis les années 1990 une iconographie spécifique mêlant références picturales et références historiques, que ce soit à partir d'une iconographie issue des grands mythes et légendes ou de la réalité politique.

C'est d'ailleurs à la Biennale de Venise que Yue commence à fabriquer une version sculptée de sa signature d'auto-portraits, parodiant la très célèbre armée de guerriers Qin de terre cuite de Xi-An. Sa version souligne la tendance contemporaine au clonage, que ce soit au niveau de l'apparence ou à celui, moins superficiel, des idée : au lieu de mettre en avant, à l'instar de ce qui avait été fait pour les guerriers de terre, chaque différence, il pousse au contraire son pinceau à reproduire comme des copiés-collés. 

Les toiles de l'artiste sont en général de très grand format et aux couleurs éclatantes. On y voit des personnages -hommes le plus souvent- au rire figé , des autoportraits qu'il s'est amusé à cloner sans répit. Une sorte de folie anime ses monstres uniques et multiples, témoins d'une société où le modèle unique et parfait, toujours souriant, est mis en avant. Yue Minjun s'amuse parfois à reproduire des tableaux de l'art occidental tout en y supprimant les personnages et y plaçant le sien de façon compulsive, voire obsessionnelle.
Si vous aimez la symbolique et les clins d'oeil historiques, vous aurez plaisir à projeter votre vision dans ses tableaux. De toute façon, vous y prendrez forcément plaisir. Enfin... je crois. Même si certaines de ses évocations prêtent plutôt à la réflexion introspective et parfois très sombre, malgré la lumière et la couleur qu'il y met.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici