Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

mercredi 26 juin 2013

Armée de terre cuite : info ou intox ?

Ayant entendu dire, de la bouche d'une journaliste qui s'y connait pas mal en archéologie, que la fameuse armée enterrée du Premier Empereur Qín Shǐ Huángdi (秦始皇) serait un énorme canular national, je me suis renseignée et j'ai trouvé, entre autres, un site de Wordpress, "Sinoiseries", qui reprend cette idée. Je vous résume ci-dessous le contenu du billet en question.



L'auteur, qui se targue d'avoir quelques connaissances sur cette période de l'histoire de la Chine, écrit qu'après avoir consulté de nombreuses sources sur le sujet, il est tombé sur un article de 2010 relatant un entretien avec Jean Lévy, sinologue réputé. Dans son livre La Chine, le cheval et l'univers, une idée, Jean Lévy soutient la thèse selon laquelle les statues funéraires (bīngmǎyóng - 兵马俑) de la fameuse armée ne seraient ni plus ni moins que des faux. Les points qu'il soulève pour étayer cette thèse sont les suivants :

1. S'il n'y a rien d'exceptionnel à trouver des statuettes dans les tombeaux chinois (voir celles de Mǎ Wángduī (马王堆) dans le Hunan, où l'on a découvert 300 figurines), celles du tombeau du 1er Empereur sont d'une taille que l'on ne retrouve nulle part ailleurs (plus grandes que nature) et d'un style artistique qui les assimile à celui du réalisme soviétique plutôt qu'à aucun autre style chinois existant.

2. Nombre de ces statues, découvertes en 1974 par trois cultivateurs qui creusaient un puits à une trentaine de kilomètres de Xī’ān (西安), sont dans un excellent état de conservation. Il est donc proprement inimaginable qu'elles puissent être restées enterrées dans des galleries effondrées pendant près de 2000 ans.

3. Lorsque des experts internationaux de l'UNESCO sont venus pour inspecter le site avant son classement au Patrimoine de l'Humanité, l'accès leur en a été officiellement interdit.


Les contradicteurs de cette thèse prennent pour argument le fait que les spécialistes sont unanimes à dire que les statues sont authentiques. Mais les "spécialistes" de l'étranger ont bien du mal à obtenir un visa pour la Chine du moment où ils s'opposent à la ligne officielle du gouvernement.

Un autre contre-argument, d'ordre technique, celui-là, met en avant la difficulté qu'il y aurait à faire exécuter des centaines de statues par des ouvriers contemporains et ce sans que la chose s'ébruite. A ceci, l'auteur du post répond que cela n'aurait posé aucun problème à l'époque de mobiliser le nombre d'ouvriers nécessaires à cette tâche et de faire disparaître les statues au nom de l'intérêt supérieur de la République Populaire et du parti.



Un dernier argument en faveur de la véracité de la découverte est qu'on ne voit pas quel aurait été l'intérêt des autorités chinoises dans cette falsification. Jean Lévy, lui, explique qu'il faut se replonger dans le contexte idéologique de l'époque où le culte de la personnalité était à son paroxysme. Il est connu, dit-il, que le Grand Timonier aimait à s'identifier au 1er Empereur et tous les moyens étaient bons pour exalter Mao Zedong. Cette "découverte" aurait sonné comme "un hymne à sa gloire" par personne interposée.

Dans cette controverse, le plus troublant est-il la mise en évidence du manque d'authenticité des guerriers de terre de Xi An oubien la réaction très sensible des autorités chinoises qui rejettent systématiquement cette idée sans qu'aucune analyse sérieuse puisse être faite ? Et que dire des huit guerriers de Qin Shi Huangdi exposés en 2007 au Musée de Hambourg et dont la datation ultérieure montra qu'il s'agissait de statues récentes ?

Toujours est-il que cette armée de guerriers est une mane pour le tourisme du pays et la communication culturelle. Yang Fan, un journaliste de la TV chinoise, indique en 2011 dans People Daily que "Selon les statistiques officielles, le nombre des touristes va atteindre 12 millions de personnes avec une moyenne de 670 mille personnes par jour. L'Expo de Xi'an a aussi permis d'améliorer les infrastructures de la ville et de stimuler l'économie de la ville, en particulier l'industrie du tourisme". Il faut savoir qu'à l'exposition des guerriers de terre cuite s'était ajoutée l'expo internationale d'horticulture et que la ville de Xi'An possède déjà des trésors culturels.


L'Empereur Qin Shi Huangdi est mort en 210 avant J.-C. C'est lui qui fut le premier à unifier les différents territoires qui constituent aujourd'hui la Chine.
Les statues de terre cuite font 1,80 à 1,96 m de haut. Elle sont près de 7.000.
Les premières fouilles eurent lieu en 1974 ; on retrouva des soldats et fantassins. Les deuxièmes fouilles se tinrent en 1976 ; on déterra des unités de cavalerie, des chars et des chevaux. Les troisièmes fouilles se firent en 1994 ; on trouva des unités de commandement. On parle de prochaines fouilles à venir... Le site s'étend sur 56 km2. Du monde, tout ça, pour veiller au repos éternel du 1er Empereur ! Et quel repos quant on pense aux millions de touristes...

Certaines propagandes insistent pour faire passer l'idée qu'il aurait fallu faire travailler 700.000 ouvriers pendant 9 ans pour fabriquer cette "armée", mais si l'on calcule, cela ferait 75 millions et demi de statues à raison d'un mois entier par ouvrier pour en faire une seule ! Pour faire travailler autant d'hommes pendant 9 ans, chacun aurait eu à fabriquer juste un morceau d'orteil en un an ! Faut pas être pressé ! D'où sortent donc ces chiffres démesurés ? Les chinois seraient-ils encore plus bonimenteurs que les marseillais ?

Pour ma part, je me pose une question : mais où sont donc passées les armes de tous ces guerriers ? 
Le site http://www.insecula.com/musee/M0280.html rapporte qu'elles ont été pillées. Comment cela aurait-il pu être possible puisque c'est un programme officiel très surveillé qui a permis de déterrer les statues ? Il s'agirait de milliers d'armes, tout de même ! J'ai lu sur un autre site que le pillage aurait pris place 4 ans après la mort de l'empereur. Mais comment le saurait-on à présent ? Et si on le savait depuis si longtemps, alors on savait forcément qu'il y avait cette armée de terre ! Décidément, comme dirait Boris Vian, "ya quequ'chose qui cloche là-d'dans".

Par ailleurs, les responsables du tourisme culturel de Xi'An signalent que tous les ouvriers qui ont participé à ce mausolée ont été emmurés vivants. Pourtant, je n'ai pas encore entendu parler de cette partie-là des fouilles. Imaginez : 7.000 corps emmurés ! Pour le vérifier, il faudrait d'abord casser les murailles...Vous en avez des traces, vous ?

Source principale :

3 commentaires:

  1. Intéressant comme article.

    De mémoire, la version que j'ai eu est la suivante.

    La découverte en 1974 n’intéressait personne à Beijing. En 1976, quelques soldats ont vu le jour mais la encore, ça n'intéresse personne.

    Les véritables fouilles ont commencées bien plus tard par l'intérêt d'un journaliste. Ce n'est qu'en 94 que le site a commence à révéler certaine chose.

    il faut aussi comprendre la mentalité chinoise "c'est vieux ça ne sert à rien, il faut le changer"

    Maintenant avec la manne financière du tourisme, forcement les vieilles choses ont de la valeur.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Billet très intéressant.
    J'ai découvert l'existence de cette armée il y a un peu plus de 5 ans, en visionnant par hasard un dimanche sur France 5 un documentaire somptueux dédié à ce sujet. Il faut avouer que, sur le papier, cette histoire est extraordinaire, passionnante, captivante et si vraie, probablement une des plus belles réalisations de toute l'histoire de l'humanité. Depuis cette émission, un de mes rêves était de pouvoir me rendre sur place et voir de mes yeux cette 8ème Merveille du monde. J'ai eu la chance de pouvoir m'y rendre il y a quelques semaines...
    J'avais vaguement entendu parler de la théorie du "complot" et du fait que cette armée pourrait ne pas être authentique mais ne souhaitais pas aller plus loin dans mes recherches avant de me rendre sur place. J'étais convaincu de la réalité de l'existence et surtout de la datation de la naissance de ces guerriers. Je me suis donc rendu sur place.

    J'ai après ma visite à Xi’an (et pour causes que je détaillerais plus loin), lu l'ensemble des info émanantes de différentes sources pour et contre la théorie de la supercherie quant aux Terracota Warriors. De manière pragmatique lorsque l'on regarde qui sont les voix pour et les voix contre, seul le gouvernement chinois soutient que l'armée est authentique (l'UNESCO n'a en effet pas été autorisé à se rendre sur place pour dater les statues); plusieurs autres sources (non politiques) soutiennent au contraire que l'armée est fausse, avec des arguments tout à fait recevables (mis à part peut être la théorie de la propagande de Mao qui peut être discutable). Il manque d'ailleurs aux arguments soutenants la thèse de la supercherie le plus implacable d'entre eux selon moi : l'historien Sima Qian a fait une description très détaillée de la construction et des objets contenus dans le mausolée que l'empereur Qin a fait réalisé de son vivant. Or, jamais dans ses récits ne parle-t-il d'une quelconque armée enterrée. Jamais.

    Ce qui est intéressant, en dehors de ce que les uns et les autres ont pu écrire sur le sujet, c’est de se faire sa propre opinion. Je vous invite donc à vous rendre sur place et à vous poser la question : ce que mes yeux voient en ce moment peut il avoir plus de 2000 ans? Pour moi la réponse est sans aucune discussion possible : il est invraisemblable que ce soit le cas. D’abord parce que le style est trop pur, parfait, presque issu d’un travail à la chaine. Ensuite parce que la « mise en scène » des rangées de guerriers et des statues soit disant détruites par le temps, est à la limite du grotesque. La terre cuite est quasiment immaculée, les guerriers pourtant à l’air libre depuis plus de 30 ans. Et puis il y a ce sentiment trop présent de ne pas être dans un lieu historique mais dans un lieu touristique où TOUT est organisé pour vous faire dépenser le maximum de Yuan qui se trouvent dans votre poche. Peut être est ce là une différence culturelle…

    Si la polémique autour de la véracité de cette armée existe encore, c’est que le gouvernement chinois n’a pas authorisé la SEULE chose, très simple pourtant, qui permettrait de mettre fin à ces « rumeurs » : la datation par une équipe de scientifiques indépendants des statues. Doit on réellement se demander pourquoi?…

    Je suis décu, très décu meme que cette histoire n’en soit finalement qu’une. Suis-je étonné? Malheureusement pas le moins du monde. Peut être que dans un prochain billet dédié à la muraille de Chine pourra vous faire mieux comprendre pourquoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci David pour votre commentaire étayé qui démontre au moins une invraisemblance : celle du refus du gouvernement chinois à accepter une datation fiable et n'émanant pas du parti. Et vous avez raison, il faut absolument que je voie ces statues par moi-même. Fille d'un antiquaire de renom et ayant moi-même fait des études d'Histoire de l'Art et d'Archéologie, je pense que je serais plus à même de porter un avis à ce moment. Déjà le style des statues et la mise en scène me titillent l'esprit...
      A bientôt.

      Supprimer

Laissez votre commentaire ici