Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

dimanche 30 juin 2013

La Chine de Gilles Moraton

Mais qu'est-ce qui fait courir la plume de Gilles Moraton ? Cet auteur fantasque voyage dans sa tête, dans les nôtres, mais aussi sur la mapemonde, grandeur nature. Il y trouve matière à se poser des questions et à nous présenter notre planète sous un angle singulier. Une sorte de nouveau philosophe de la pataphysique.

Dans "Passeport pour la Chine" ou "De l'inconvénient de n'être pas chinois", éd. Elytis (2011), cet auteur inclassable nous présente une Chine débarrassée du filtre des usages et coutumes de l'"occidentalis turisticus". On y trouve des photos mises en regard avec des textes inattendus ou impobables. Le tout constitue une sorte de petit journal de voyage plein de saveur.



Gilles Moraton est né en 1958, sous le signe chinois du chien. Dans les années 90, plusieurs revues publient ses : Nouvelles nouvelles, Noir et blanc, Décharge/polder...  puis arrivent les romans, essais et même une oeuvre théâtrale :

Le magasin des choses probables, éd. de l'Anabase, 1995 (roman).
La promiscuité des vaches est mauvaise pour la santé des jeunes filles, éd. de l'Anabase, 1995 (roman).
Au bord de la cage du Monde, éd. de l'Anabase, 1995 (poésie).
Un certain ordre des choses, éd. L'Harmattan, 1996 (roman).
Le chemin de la plage, éd. Deyrolle, 1997 (nouvelles).
Nina, un portrait, éd. de l'Anabase, 1999 (roman).
Les passantes hollandaises, éd. de l'Anabase, 2000 (nouvelles).
Trois heures trente à feu vif : la tomate, le réel, coauteur Fabrice Combes, éd. Gallimard, 2002 (roman).
Ma main droite : la vengeance du goéland : dialogues et monologues autour de ma cousine Danielle, éd. Théâtrales, 2006 (théâtre).
Le lithophage et autres portraits : essai de typologie impertinente des usagers des bibliothèques publiques, éd. Les Presses littéraires, 2006 (nouvelles).
Passeport pour la Chine : de l'inconvénient de n'être pas Chinois, éd. Elytis, 2011 (société).
En tuant Richard, éd. Elytis, 2012 (roman).

Gilles Moraton a participé, avec Li Hong, à la traduction du chinois vers le français de :
Comment j'ai apprivoisé ma mère de Huang Beijia, éd. Picquier, 2008 (roman).
Seul demeure son parfum de Feng Hua, éd. Picquier, 2009, 2011 (roman).

J'ai découvert Gilles Moraton lors d'un festival culturel local : la Zone Artistique en Transit (ZAT), à Celleneuve (Montpellier) où il lisait, dans la cour d'une école maternelle sans élèves, des passages de son "Inventaire du Monde". Croustillant, loufoque, imaginatif...bref juste comme j'aime.

Vous pouvez avoir une idée de cet inventaire sociologique (chaque chose au monde doit trouver sa place ; toute place contient tout ou partie de chaque chose au monde) là :

N'hésitez pas à me laisser vos impressions.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici