Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

mercredi 1 février 2017

Fête des lanternes - 元肖节

Le jour, ou plutôt le soir de la Fête des lanternes (元肖节- Yuan xiao jie), c'est la lumière qui clôt le cycle des festivités du Nouvel an chinois.


 A cette occasion, les familles vont se promener dès que la nuit tombe, portant chacun une lanterne. Ces dernières peuvent être des traditionnelles Hua Deng (花登) faites de papier où figurent des modèles régionaux qui rappellent souvent des scènes de mythes et légendes, mais les modèles plus tendance ou plus populaires se voient de plus en plus.

Ce jour-là, la tradition veut que l'on mange de la "soupe des lanternes" faite de boulettes de farine de riz farcies et bouillies, dont la forme rappelle les lanternes ronde, symbole de la plénitude. On joue aux devinettes (le jeu date des Song -960-1279), on va voir des spectacles de rue comme la danse du lion, les tambourins, les feux d'artifice. Et surtout, on fait beaucoup de bruit pour éloigner le mauvais génie de l'hiver, représenté par le lion ou le dragon. 


La tradition de la Fête des lanternes remonte à loin avant notre ère ; l'année se divisait alors en trois parties ; elle commençait le 15ème jour du premier mois lunaire et l'on fêtait alors l'anniversaire d'une divinité céleste : Tian Guan Dadi, qui menaçait de brûler la capitale. L'idée vint à l'un des festoyeurs de proposer à chacun d'accrocher une lanterne rouge à sa porte de façon à ce que Tian Guan Dadi s'enfuie, croyant la ville incendiée. Peu à peu, cette version fut remplacée par une autre plus réjouissante : on dit que c'est un conseiller impérial qui, pour permettre à une servante du Palais de sortir pour voir sa famille, avait fait allumer ces lanternes. Mais certains y voient une réplique d'une tradition bouddhiste où l'on allumait des lampes pour honorer les dieux dans les temples.


A Montpellier, le soir de la Fête des lanternes, cette année le 28 janvier 2017, un groupe de sinophiles s'est réuni au cœur de la ville ancienne, à l'instigation de l'Institut Confucius, afin d'admirer la danse du lion chassé par les cymbales et de voir les lanternes chinoises, accrochées comme des illuminations de Noël, s'éclairer simultanément rue de la Loge. Certes, les lanternes étaient électriques, mais l'honneur de la célébration était sauf et le Maire, malgré une petite pluie et un grand vent, est passé dire quelques mots et jouer des cymbales avant de partir pour la Russie.




1 commentaire:

Laissez votre commentaire ici