Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

mardi 14 février 2017

Pensée du jour - Sima Qian


"En n'oubliant pas les événements passés, 
nous devenons maîtres des événements à venir"

Sima Qian

__________



Sima Qian (司马迁sīmǎ qiān) succéda à son père, en 107 avant J.-C., en tant qu'annaliste de la Cour de l'empereur Wudi (de 141 à 87 avant J.-C.), pendant la dynastie Han. En même temps qu'historien officiel, l'annaliste jouait également le rôle d'astrologue et de conseiller impérial

Ce grand mandarin était un érudit et savait déjà lire les classiques à l'âge de 10 ans. Adolescent, il partit parfaire son éducation générale en se rendant dans plusieurs provinces et fut plus tard missionné officiellement pour inspecter la ville de Kunming, dans le Yunan, que l'empire venait de conquérir.

Ce fut le premier historien qui tenta de décrire l'histoire de la Chine depuis son émergence et tous les historiens impériaux qui suivirent se sont grandement inspirés de ses écrits regroupés et connus sous le nom de shǐjì (史记). Ces mémoires historiques comportent plusieurs biographies de grand noms de l'Histoire, dont notamment celle de Confucius.

En 99 avant J.-C., Sima Qian provoqua l'ire de l'empereur en plaidant pour Li Ling, un officier qui avait été accusé de trahison. La sanction était à choisir entre l'exécution ou la castration et l'historien choisi de rester en vie, malgré la honte et le déshonneur, afin d'achever son oeuvre car il en avait fait la promesse à son père Sima Tan. C'est ainsi que l'empereur finit par l'amnistier et en 96 avant J.-C. le nomma secrétaire privé, poste qui était traditionnellement réservé aux enuques.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici