Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

lundi 13 février 2017

Spectacle et propagande

Je ne me rappelle plus où j'ai trouvé ce flyer la semaine dernière qui fait de la publicité pour un spectacle de danse et de musique chinoises grand public intitulé SHEN YUN 2017, qui se produira au Corum de Montpellier les 25 et 26 avril prochains. Sur le triptyque, on voit des photos de danseurs et danseuses chinois acrobatiques et élégants.


D'habitude, je ne suis pas très inspirée par ce type de spectacle hyper commercial, mais j'ai tout de même lu la plaquette et j'ai vu écrit en tout petit, en bas du dernier volet : "Shen Yun Performing Arts est une organisation à  but non lucratif (prix des places de 49 € à 109 € tout de même). Sa mission est de faire revivre 5000 ans de culture traditionnelle chinoise. Shen Yun ne peut pas se produire aujourd'hui en Chine." Ah ? Une association américaine qui promeut les arts chinois et ne peut se produire en Chine ? Je me posai des questions sur cette impossibilité.

C'est ainsi que je découvris que l'association Shen Yun n'était autre que Falun Dafa, plus connue sous le nom de Falun Gong (littéralement : Pratique de la roue de la Loi"). Je retrouve un article de Libération du 26 mars 2014 qui s'intitule "Au Palais des Congrès, à Paris, le spectacle à la gloire du mouvement Falun Gong avance masqué".  L'auteur de l'article, François-Xavier Gomez, a lui aussi décelé les petits caractères mentionnant le nom de l'association et découvert le lien avec Fallun Gong, qui, explique-t-il, "est le nom officiel du mouvement politico-religieux que le régime de Pékin appelle 'la secte Falun Gong'", expliquant que la Chine a mis ce groupe hors la loi et ajoutant qu'il ne fait cependant pas partie de la liste des sectes répertoriées par la Miviludes, qui lutte contre les dérives sectaires.

Ce mouvement qui repose sur la pratique du Qi Gong, de la méditation, d'une "mystique bouddhiste et d'un moralisme religieux", a été lancé en Chine en 1994. Le PCC l'aurait un temps promue car le Qi Gong est censé améliorer la santé (certains membres du Parti étaient même des adeptes), mais le nombre d'adeptes augmentant de façon incroyable, le parti y aurait vu un mouvement dangereux pour sa survie, son enseignement risquant de l'éloigner des fondamentaux institutionnels et de mener, selon eux, à une révolte de grande ampleur. En 1999, un grand nombre de sympathisants du groupe furent emprisonnés, certains ont parlé de persécutions. 

Le Quotidien du Peuple, organe officiel du PCC, consacrait une bonne partie de sa première page, fin juillet 1999, à la "solennelle bataille de politiques et de pensée", accusant Li Hongzhi, dirigeant du Falun Gong, de se "comporter comme un dieu et d'avoir cherché à se substituer au gouvernement", ainsi que d'avoir trompé le peuple et provoqué la mort de centaines de personnes en s'opposant à la science et à la médecine.

D'après le Petit Journal de Hong Kong (lien en bas d'article), le PCC aurait été accusé d'arrêter arbitrairement les membres du Falun Dafa et de les détenir sans charges. "On parle fréquemment, y est-il écrit, de violences policières, de racket, de rééducation par le travail, de séances de lavage de cerveau, de tortures, d'internement en hôpital psychiatrique et même de prélèvement d'organes sur les prisonniers", ce que Pékin a fermement démenti. L'auteur ajoute qu'en 2000, Amnesty International dénombrait 77 morts dues aux violences policières dont 42 femmes, 450 personnes auraient été condamnées à la prison, 600 envoyées en hôpital psychiatrique et 10.000 dans des camps de rééducation, chiffres difficilement confirmables étant donné l'absence de source neutre récente et la réticence des autorités chinoises à ouvrir la possibilité d'investigations venant d'étrangers sur ce sujet. Les informations viendraient d'articles d'un journaliste du Wall Street Journal, Ian Johnson, ce qui lui aurait valu le prix Pulitzer en 2001.


Le dirigeant du mouvement

Le dirigeant du mouvement, Li Hongzhi s'est expatrié aux USA en 1998 et, toujours selon l'article de Libération, ne se serait plus exprimé en public depuis une interview donnée en 2001 au magazine Time Weekly où il aurait parlé de sa conviction de l'existence des extraterrestres. Je n'ai pas retrouvé la trace de cet article, mais j'ai trouvé un article de Pékin qui le mentionne également, et le site falun.fr parle d'une "civilisation extraterrestre scientifique".

Le journaliste initiateur de l'article de Libération nous fait savoir que ses tentatives pour contacter un responsable ou un porte-parole de Shen Yun sont restées vaines. Quant à la branche française de Falun Dafa, "Lotus Sacré", elle n'aurait pas répondu non plus à ses e-mails. La conclusion du journaliste : "Falun Dafa a le droit de promouvoir ses valeurs et son combat contre un régime dont les atteintes aux droits de l'homme sont régulièrement dénoncées. L'ennui, c'est que le public n'est jamais informé qu'il va assister à une opération de propagande où, entre les tableaux qui célèbrent 5000 ans de culture divine, se glisse une scène où des adeptes de Falun Gong sont tabassés par des sbires communistes. L'opacité et le refus de communiquer sont un autre problème", ajoutant que "Si Falun Gong n'est pas une secte, elle en utilise en tout cas les méthodes.

Sur le site mystico-scientifique http://newsoftomorrow.org/abductions/visions/george-a-filer-la-veritable-histoire-du-falun-gong-le-maitre-li-sur-les-abductions-extraterrestres vous pourrez lire un entretien entre un certain George A. Filler et Li Hongzhi, où ce dernier évoque ces extraterrestres, qui auraient été, d'après lui, "autrefois des humains sur terre". 

Un autre article paru dans Libération du 21 juin 1999, écrit par Patrick Sabatier, intitulé "Li Hongzhi, 48 ans, grand maître de l'Ecole de la roue de la loi de Bouddha, a organisé à Pékin une manifestation qui a fait trembler le pouvoir. Le grand Gong en avant." L'article mentionne le siège du pouvoir chinois par plus de 10.000 adeptes de FG au centre de Pékin. Si le parti voit en Li un chef mystico-politique dangereux, celui-ci affirme mépriser la politique et le pouvoir, être opposé à toute violence, n'avoir aucune organisation, aucun programme et pas de QG. "Je ne dirige rien, je me contente de montrer la voie", selon ses propres termes.

L'auteur de cet article avoue être inquiet lorsqu'il entend "maître" Li affirmer dans l'un de ses écrits que "Des examens scientifiques ont prouvé que mon corps émet de rayons infrarouges, ultraviolets, des ondes subsoniques, des rayons gamma, des forces magnétiques et un bombardement de neutrons à des niveaux 80 à 170 fois supérieurs à ceux d'un être ordinaire" et présenterait son savoir comme "le plus fondamental, le plus mystique et le plus surnaturel" révélé aux humbles mortels. 

Monsieur Li dirige donc des "associations" dans le monde et prodigue son enseignement via de grands spectacles ainsi que dans deux livres (Zhuan Falun et China Falun Gong), des vidéos, des conférences (gratuites) et une présence sur Internet. D'après Sabatier, le tout serait un "cocktail abracadabrant de mystique traditionnelle chinoise remise au goût d'un pays qui découvre la modernité occidentale : emprunts au taoïsme et au bouddhisme, animisme et alchimie s'y mêlent à des références pseudo-scientifiques  venues de l'informatique ou de la physique quantique, le tout mis à la sauce d'une morale confucéenne puritaine". Ce "gourou" promettrait aux adeptes "l'acquisition de plus de 10.000 pouvoirs surnaturels, de la clairvoyance (par l'ouverture d'un troisième œil placé comme un écran de télé derrière le front) à la lévitation, en passant par la quasi-immortalité du corps."

Monsieur Li insiste pour dire que le Falun Gong n'a rien d'une religion, qu'ils n'ont aucun temple, ni rituels ni pasteurs et que chacun est libre de participer à leurs activités ou des les abandonner. Rassurant, il indique ne s'intéresser à rien de ce qui passionne les gens "ordinaires" comme la télé, le karaoké ou le sport... Mais il aime visiblement le grand spectacle puisqu'il promeut SHEN YUN qui se produit un peu partout dans le monde, et donc à Montpellier bientôt. Mais que veut donc le "maître" ? Sa réponse : "sauver l'humanité corrompue des démons qui sont partout, face au déclin de la moralité et des valeurs, de la criminalité galopante, la drogue, l'homosexualité, le goût du lucre et l'envie". Une sorte de messie, en somme...

Quelques sources :
Post-scriptum :

Toute information vérifiable qui peut confirmer, infirmer, étayer ou éclairer certains points de cet article est le bienvenu.


1 commentaire:

  1. Merci pour cet article me permettant de connaître l'origine de ce spectacle Shen Yun dont les affiches sont partout pendant une période chaque année en France. Et bravo sur l'ensemble du site qui est riche et passionnant. D'origine chinoise vivant et travaillant à Paris, je viens de m'abonner vos newsletters et vous souhaite bonne continuation!

    RépondreSupprimer

Laissez votre commentaire ici