Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

vendredi 12 août 2016

L'impératrice Cixi




C'est une remarquable biographie de l'impératrice Tseu Hi (Cixi en Pinyin) que je viens de lire. Le texte de l'auteure, Jung Chang, est superbement bien traduit de l'anglais par Marie Boudewyn. Le livre (477 pages dont 52 photos et une carte) est sorti en 2015 aux Editions Jean-Claude Lattès pour la traduction française. Jung Chang est également l'auteure de la saga "Les cygnes sauvages" (1992) et, en collaboration avec Jon Halliday, de "Mao, l'histoire inconnue".

L'histoire commence en 1852. La future impératrice a alors 16 ans. Tseu Hi est choisie comme l'une des concubines de l’empereur XianFeng. À la mort de celui-ci en 1861, leur fils de cinq ans lui succède sur le trône. Tseu Hi organisa aussitôt avec la complicité de l’impératrice officielle Zhen, qui elle n’avait pas d’héritier mâle, un coup d’état en interne -et sans effusion de sang- qui fit d’elles deux les impératrices douairières de la Chine. 

A la mort de Zhen, quelques années plus tard, Tseu Hi prit seule les rennes du pouvoir.
Sous son autorité, la Chine, qui passait alors pour un pays arriéré, s'est doté d’à peu près tout ce qui caractérise un état moderne : industries, chemin de fer, électricité, télégraphe, téléphone, eau courante, éducation, sans oublier une armée et une marine équipées à la pointe du progrès et la préparation d'une constitution qui devait faire entrer la Chine parmi les monarchies constituantes. Et ce fut elle qui abolit d’atroces châtiments tels que « la mort des mille coupures » ainsi que le bandage des pieds des femmes de l'élite.

Tseu Hi dut faire face à des crises nationales décisives : la rébellion sanglante des Boxers, les guerres contre la France et le Japon, l’invasion de huit puissances alliées, dont la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Russie et les États-Unis, et sut s'apporter l'amitié des puissances étrangères.

Jung Chang  nous amène au cœur même de l'extraordinaire Palais d’Été et du harem de la Cité Interdite où Tseu Hi vivait entourée d’eunuques. Elle nous fait pénétrer, grâce à une bibliographie impressionnante et des recherches durant cinq années, dans un monde secret qui nous révèle une impératrice jusqu'alors réputée cruelle et tyrannique et qui s'avère également une personnalité ouverte et sensible.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici