Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

lundi 28 octobre 2013

Le peintre aux quatre dragons


Il était une fois un grand peintre de l'époque des dynasties du Sud et du Nord (420-589) qui visitait le temple Anle. Il s'appelait Zhang Zengyou. Inspiré, il se mit à peintre sur un mur un dragon, puis un autre, encore un autre et finalement un quatrième dragon. Aucun de ceux-ci n'avaient d'yeux.

Autour de lui, une foule s'amassa et les badauds de lui demander : "Maître, pourquoi n'avez-vous pas peint les yeux des dragons ?" A quoi le peintre répondit :

"Les yeux sont l'âme du dragon ; si je peins les yeux, ils s'envoleront." Mais personne n'avait l'air d'y croire. Alors le peintre trempa à nouveau son pinceau dans l'encre. Il avait à peine esquissé les yeux de deux de ses dragons que ceux-ci s'élevèrent dans le ciel, où tonna l'orage et brillèrent les éclairs, à la grande stupeur des personnes attroupées là. Quant aux deux dragons sans yeux, ils restèrent sans bouger sur le mur.

画龙点睛 (huàlóngdiǎnjīng), que l'on peut traduire par "c'est en donnant la touche finale à ses yeux que l'on donne vie au dragon", est un proverbe qui décrit la dernière touche qui donne vie à une oeuvre.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici