Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

mercredi 29 juin 2016

He Jiahong


En mars dernier, grâce à l'Institut Confucius, j'ai eu l'opportunité d'assister à une conférence du romancier chinois HE JIAHONG (何家弘). La particularité de cet auteur est que c'est un universitaire spécialiste en droit chinois, en système judiciaire et en criminologie. C'est en 1953, pendant les années Mao, qu'il naît à Pékin. A l'âge de 16 ans, en 1969, il est volontaire pour aller travailler dans une ferme-usine du Heilongjiang, au nord du pays. 



Mais la mort de Lin Biao, en 1971, alors qu'il tentait de fuir la Chine, est pour lui un choc et une remise en question du modèle communiste. Il revient en 1977 à Pékin mais se voit écarté de l'université du fait de ses antécédents familiaux (son père et son grand père étaient membres du Kuomintang). Il travaille dans le bâtiment puis comme plombier jusqu'à 1979 où il réussit enfin à rentrer à l'Université de Pékin et y étudie le droit. Il obtient son Master en 1986. Il part ensuite pour Chicago où il obtiendra un Doctorat en droit en 1993. Il rentre alors en Chine et devient enseignant tout en participant aux réformes et procédures judiciaires de son pays. Il enseigne aujourd'hui à l'Université du Peuple, considérée comme l'une des meilleures universités de Pékin. Auteur de multiples articles sur le droit et correspondant d'Amnesty International, il s'est engagé contre la peine de mort et la prolifération des armes. 


C'est avec un grand plaisir que j'ai lu "Le mystérieux tableau ancien", un roman policier publié en 1997. Je l'avais pioché un peu au hasard à ma médiathèque, croyais-je avant de me rendre compte, une fois le roman terminé, que j'avais assisté il y a quelques mois à peine à la conférence qui s'est tenue à l'Université Paul Valéry de Montpellier (en Chinois, avec une traductrice). Le roman raconte l'histoire d'un avocat, Hong Jun, sorte de Sherlock Homes chinois, qui est chargé par la femme d'un chercheur dans une société pharmaceutique qui a le vent en poupe, de trouver la raison qui a conduit se dernier à perdre la mémoire. L'enquête est rendue difficile par l'implication de politiciens et hommes d'affaires corrompus et la naïveté d'une jeune chinoise qui tombe dans les bras d'un soi-disant peintre. Le roman tient le suspense tout du long et l'assistante de Me Hong, Song Jia, est un personnage très attachant.

Ses autres romans :
  • Crime de sang (Feng Nü),1995, Ed. L'Aube.
  • L'énigme de la pierre Oeil-de-dragon (Long yan shi zhi mi ren sheng wu qu), 1996, Ed. L'Aube.
  • Crimes et délits à la Bourse de Pékin (Gushi muhou de zuie), 1996, Ed. L'Aube.
  • Crime impuni aux monts Wuyi (Wu zui mou sha), 2012, Ed. L'Aube.

 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici