Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

dimanche 9 mars 2014

La marche des volontaires



L'hymne national de la République Populaire de Chine n'est pas très connu en France. Il a pourtant une histoire intéressante.

Intitulé "La marche des volontaires", 義勇軍進行曲, le chant et la musique sont tirées d'un film de l'écrivain-cinéaste Tian Han (田汉) de 1935 sur la seconde guerre sino-japonaise (1937-1945) : (風雲兒女Fēngyún ér-nǚ) traduit en anglais par "Sons and daughters in a Time of Storm" ou encore "Children of Troubled times". Dans le film, ce chant, dont les paroles sont du cinéaste, est entonné par les acteurs Yuan Mzhi et Gu Menghe. Voici un grand extrait du film (V.O.) :


Tian Han était également un dramaturge populaire. Il a notamment écrit dans les années 1960 une pièce de propagande justifiant la présence de la Chine au Tibet : "Princesse WenCheng", que lui avait commandé le ministre Zhou Enlaï.

En septembre 1949, ce chant devient l'hymne national en raison de sa référence à des traditions révolutionnaires depuis la fin de la dynastie Qing (1644-1912).

L'affiche du film

Pendant la révolution culturelle l'auteur du film, Tian Han, qui avait participé, en mai 1919, au mouvement nationaliste anti japonais, fut alors désigné comme étant un antirévolutionnaire, emprisonné puis torturé à mort en 1968. De ce jour, l'hymne ne fut plus entonné que sans ses paroles.

En 1978, les paroles furent remaniées. Depuis, un mouvement de masse pour retrouver les paroles d'origines a pris place peu à peu et ce n'est qu'en décembre 1982 que La Marche des Vonlontaires a repris ses paroles et a été proclammé officiellement hymne national de la République. Ci-dessous, une video de YouTube montrant la succesion de l'hymne au cours du temps (sans les paroles).



LES PAROLES :

起来!不愿做奴隶的人们,
把我们的血肉筑成我们新的长城。
中华民族到了最危险的时候,
每个人被迫者发出最后的吼声。
起来!起来!起来!
我们万众一心,
冒着敌人的炮火,
前进!
冒着敌人的炮火,
前进!前进!前进!进!


Qǐlai! Bùyuàn zuò núlì de rénmen!
Bǎ wǒmen de xuèròu, zhúchéng wǒmen xīn de chángchéng!
Zhōnghuá mínzú dàoliao zuì wēixiǎn de shíhou.
Měi ge rén bèipòzhe fāchū zuìhòu de hǒushēng.
Qǐlai! Qǐlai! Qǐlai!
Wǒmen wànzhòngyīxīn,
Màozhe dírén de pàohuǒ, qiánjìn!
Màozhe dírén de pàohuǒ, qiánjìn!
Qiánjìn! Qiánjìn! Jìn!


Debout !
Nous qui refusons l'esclavage !
Avec notre chair et notre sang, soyons une Grande Muraille !
La nation chinoise est en grand danger.
De chaque poitrine jaillit le cri :
Debout ! Debout ! Debout !
Nous, millions d'hommes d'un même cœur,
Bravons le feu de l'ennemi, en avant !
Bravons le feu de l'ennemi, en avant !
En avant ! En avant ! En avant !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici