Pages

Bandeau théière calli

Bandeau théière calli

mercredi 24 décembre 2014

Noël et christianisme en Chine


Certes, on ne compte pas plus de 33 millions de chrétiens sur 1,3 milliards de Chinois en Chine (source : "Chinese spriritual life survey", 2010), mais cela ne m'empêchera pas de vous fêter un très joyeux Noël à tous.




Les "Chinese Family Panel Studies" (études des familles chinoises par sondages) on trouvé en 2012 que 0,4% de la population majoritaire du pays, les Han, étaient catholiques. Il semblerait que ce soit l'apôtre Thomas qui ait évangélisé une partie de la Chine entre l'an 65 et l'an 68 en arrivant à Lianyungang et remontant le fleuve Huang Ho jusqu'à LuoYang. Le prince Ying, beau-frère de l'empereur MingDi, aurait accueilli favorablement la prédication de Thomas et lui aurait affecté un terrain où une mission fut mise en place et une église construite en 67. Dès le IIe siècle, une importante communauté chrétienne est présente au Sichuan. L'actuel temple bouddhiste de LuoYang serait en réalité une réafectation d'une ancienne église. Un ensemble de rites issus d'un syncrétisme chamanisme-christianisme-bouddhisme-taoïsme est resté le rituel impérial officiel bien que le judaïsme et le christianisme de Chine s'avèrent être les plus anciennes religions chinoises constituées.

Des études sont en cours à partir de données franco-chinoises ainsi que de documents en araméen provenant des Actes de Thomas et d'autres sources indiennes ou irakiennes. Le musée Guimet à Paris est détenteur, lui aussi, de certains documents intéressants à cet égard. Néanmoins, le nombre restreint de bases iconographiques et documentaires ont été objectés à une telle interprétation. J'attends avec impatience le résultat des études en cours afin de conforter cette analyse ou de l'infirmer, le cas échéant.

Puisque je parle du christianisme en Chine, j'en profite citer le tout premier paragraphe de la magnifique saga de Mo Yan intitulée "Beaux seins, belles fesses" et traduit par Noël et Liliane Dutrait :

"Tranquillement étendu sur le kang, le pasteur Maroya vit qu'un rayon de lumière rouge éclairait la poitrine rose de la vierge Marie et le visage joufflu de l'Enfant Jésus aux fesses nues. L'été précédent, le toit avait pris l'eau et des traces jaunâtres maculaient la peinture à l'huile accrochée au mur de terre, conférant aux visages de la Sainte Mère et du Saint Fils une expression hébétée. "

J'ajoute au passage que le christianisme est redevenu légal en Chine depuis 1978, quoi que sous contrôle de l'Etat. Il semblerait que le gouvernement chinois vienne d'ordonner, quelques mois avant Noël, la destruction des croix ornant les temples protestants de la province du Zhejiang (Sud de Shanghaï). Les raisons officielles sont relatives à l'urbanisme. Plus précisément pour, ai-je lu, "contenir le développement anarchique de minorités religieuses qui ne respectent ni les lois d'urbanisme ni la Constitution du pays", mais les chrétiens, de leur côté, dénoncent une répression. Voir l'article et la video de Nouvelles de France du 28/12/14.

Dans l'ouvrage intitulé "Histoire de la civilisation - Notre héritage oriental", de Will Durant (Editions Rencontres, 1962), on peut lire en page 236, dans le chapitre Le règne de la morale, le passage suivant en astérisque, qui donne une interprétation historique vraisemblable du déclin du christianisme en Chine. Les divergences d'opinion entre jésuites d'un côté et dominicains et franciscains de l'autre en seraient la cause :

"Le christianisme a perdu toutes ses chances de réussite au début du XVIIIe siècle, du fait des querelles qui s'élevèrent en Chine même, entre les jésuites et les missionnaires appartenant à d'autres ordres catholiques. Les jésuites, en psychologues avisés, avaient imagnié des formules grâce auxquelles les éléments essentiels de la piété chinoise, à savoir le culte des ancêtres et l'adoration du ciel, pouvaient recevoir une enveloppe chrétienne sans déraciner des institutions profondément imprégnées dans l'âme chinoise et sans mettre en dnager son équilibre moral; les dominicains et les franciscains, par contre, dénonçaient toute la théologie et le rituel chinois comme étant des inventions du démon. L'empereur K'ang-hsi, souverain éclairé, était très sympathique au christianisme; il avait confié ses enfants à des précepteurs jésuites et il avait même songé, sous certaines conditions, à se faire lui-même chrétien. Lorsque l'Eglise, ayant à juger le différent, eut approuvé l'attitude ferme des dominicains et des franciscains, K'angh-hsi retira l'appui qu'il prêtait au christianisme. Quant à ses successeurs ils décidèrent de le combattre vigoureusement. Plus récemment, l'impérialisme avide de l'Occident enleva de l'autorité à sa prédication et favorisa le développement de la passion anti-chrétienne chez les révolutionnaires chinois."


PS : la nouvelle Constitution chinoise prévoit de préserver les minorités. Néanmoins, un internaute qui semble chinois a précisé sur le forum de l'article cité qu'il s'agissait de minorités ethniques (et non de minorités religieuses).



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici